Les présumés assassins de «Dido» à Ixelles devant les assises ce lundi

Dieudenné «Dido» Bula, la victime.
Dieudenné «Dido» Bula, la victime. - D.R.

La victime a été tuée à coups de couteau, dans une galerie commerçante du quartier Matonge. Les faits s’apparentent à un règlement de comptes entre membres de bandes urbaines.

Daniel Nsumbu, Maxime Kacou Koffi, Wenger Roger Balaka, Johan Bofane, Brito Da Silva, Ngimbi Massamba et Adry Nsumbu Sengele devront répondre d’assassinat devant la cour d’assises de Bruxelles, dès le 29 septembre. Ils sont suspectés d’être les auteurs d’une agression au couteau, fatale à Dieudonné Boula, surnommé Dido, le 26 mai 2019 en fin d’après-midi. Cet ancien membre de la bande urbaine Mafia Africaine (la Maf) a été poignardé dans la galerie commerçante du quartier Matonge, chaussée de Wavre à Ixelles. Il a tenté de fuir, blessé, pour finalement s’effondrer rue d’Edimbourg, à quelques pas de la galerie.

Un réglement de comptes

Les faits s’apparentent à une expédition punitive, dans le cadre d’un règlement de comptes entre bandes urbaines. Dido se baladait dans la galerie lorsque deux véhicules se sont stationnés aux entrées de celles-ci, selon l’enquête, qui s’est appuyée entre autres sur les images de caméras de vidéosurveillance des rues proches. Les suspects ont pénétré dans l’axe couvert et se sont directement attaqués à Dido. Ils l’ont ensuite poursuivi jusqu’à la rue d’Édimbourg alors qu’il était déjà grièvement blessé et qu’il tentait de fuir.

Selon l’enquête, l’un des suspects principaux, Maxime Kacou Koffi, était armé d’une matraque. Johan Bofane portait une arme de poing et Daniel Nsumbu le couteau qui a causé les blessures, dont celle qui fut mortelle, dans l’abdomen.

La victime a été emmenée d’urgence à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. Elle est décédée le lendemain des suites de ses blessures. Dido était âgé de 32 ans. Il était marié et père de quatre enfants.

Dès le 26 mai au soir, le parquet de Bruxelles a requis un juge d’instruction d’enquêter pour tentative de meurtre, puis pour meurtre après le décès de la victime. Un médecin légiste a également été immédiatement requis.

Peu après les faits, Daniel Nsumbu s’est rendu à la police, le 13 juin 2019, et Maxime Kacou Koffi a fait de même le 26 août suivant. Johan Bofane a pris la fuite au Congo, tandis que les quatre autres accusés ont été interpellés au cours des mois suivants.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers