OLLN: pluie de recours contre l’hôtel du Château de Limelette

L’impact environnemental n’a pas été assez considéré par Everland.
L’impact environnemental n’a pas été assez considéré par Everland. - Belga

Ils sont une dizaine de fidèles des alentours, ainsi qu’un collectif d’habitants regroupés au sein d’une association « Les amis du Bois de Lauzelle » à avoir déposé différents recours pour des raisons différentes, mais qui portent tous vers le permis accordé à la société Everland. Comme le précisent nos confrères de la Dernière Heure, une dizaine de recours ont été déposés.

Début décembre, il était certain qu’après la décision d’octroi du permis par la ville, les citoyens allaient réagir. Pourtant, le projet indiquait plusieurs mesures préventives, comme un couvre-feu pour l’utilisation des salles de séminaire après 22h et l’interdiction de diffuser de la musique en extérieur. Le futur hôtel haut de gamme avait de quoi rassurer, mais ce n’est suffisant aux yeux des riverains.

L’environnement pose question

Dans les différents recours, notamment celui du collectif, on peut y lire la cause principale des désagréments. Selon l’avocat en charge, l’étude d’incidence sur l’environnement est évoquée à plusieurs reprises par le permis, sauf qu’une telle étude n’aurait jamais été réalisée. À la place, il y aurait eu une notice d’incidence sur l’environnement, soit une étude moins élaborée et qui ne plaît pas aux riverains. L’avocat précise également qu’il n’est pas justifié de se passer d’une étude d’incidence, étant donné de potentielles zones à risque présentes autour du Château de Limelette. Autre manquement mentionné par l’avocat, les risques d’incendie ont été minimisés, aucune solution concrète n’est proposée dans le permis.

Un ultime recours devrait être déposé au bureau de Willy Borsus, le ministre wallon de l’Aménagement du territoire, qui aura désormais trois mois pour décider.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW