Comité de concertation: un statu quo des mesures en vigueur, l’école en présentiel

Comité de concertation: un statu quo des mesures en vigueur, l’école en présentiel

Le comité de concertation de jeudi a, sans surprise, abouti jeudi à un maintien global des règles déjà valables actuellement. Rien ne change pour le télétravail (un jour de retour admis par semaine) et l’enseignement reprendra bien à 100 % en classe dès la rentrée, en maternelle, primaire et secondaire. Le futur « baromètre » ou « plan de gestion de crise par étapes », selon les mots du Premier ministre Alexander De Croo, ce plan qui pose déjà question parmi les acteurs de la culture, devra être « affiné » et « élaboré » par le commissariat corona.

« On sait déjà qu’il y aura des hauts et des bas dans les prochains mois. Il est donc important d’avoir une certaine prévisibilité », a commenté le Premier ministre.

La réunion entre représentants du gouvernement fédéral et des exécutifs des entités fédérées était le premier « codeco » de l’année consacré à la pandémie de Covid-19. La fin de l’année dernière avait été marquée par une succession de comités de concertation plutôt houleux, avec la contestation du secteur culturel qui a obtenu un certain retour en arrière.

Cette fois, deux experts du groupe chargé de recommander la stratégie de gestion (le GEMS), Steven Van Gucht et Geert Molenberghs, étaient présents auprès des politiques pour faire le point sur la situation épidémiologique et évaluer l’impact potentiel du variant Omicron. L’heure est à l’interaction renforcée entre politiques et scientifiques, a indiqué Alexander De Croo : là aussi, « l’union fait la force ». Steven Van Gucht, virologue chez Sciensano, a d’ailleurs longuement fait le point face à la presse.

« On peut dire que la 5e vague a débuté », dont on attend un pic « vers la mi-janvier » pour ce qui est des contaminations, et vers la « fin janvier » pour ce qui est des hospitalisations, a expliqué le virologue. « Il est encore très difficile pour le moment de savoir comment les choses vont évoluer pour les soins intensifs, nous pensons que l’on va rester dans nos capacités », mais le pic attendu fin janvier dans les hôpitaux « restera une charge lourde pour la première ligne », met-il en garde.

Le message : rester vigilants, maintenir les gestes barrières et la prudence maximale face aux personnes fragiles, et vacciner. « Heureusement, Omicron est plus clément (que le variant Delta, NDLR) », ajoute Steven Van Gucht.

Voici ce qu’il faut retenir :

→ L’école en présentiel à temps plein pour la maternelle, la primaire et le secondaire à partir de ce lundi 10 janvier avec les mesures fixées au préalable (masque dès 6 ans, capteurs de CO2, nouvelles règles de testing et d’isolement, etc.) ;

→ Rien ne change concernant le télétravail : quatre jours obligatoires, alors que les experts en préconisaient cinq.

→ Aucun autre changement n’a été apporté aux autres décisions prises précédemment. « Nous misons sur la prudence », a indiqué Alexander De Croo.

→ « La cinquième vague a commencé », a déclaré Steven Van Gucht, un des experts du GEMS présents lors de la conférence de presse après ce Comité de concertation. Notamment à cause des fêtes et du variant Omicron, selon le virologue. « Les premiers modèles sont peu sûrs mais l’on attend une augmentation continue des nouveaux cas avec un pic atteint à la mi-janvier, avec entre 30.000 et 125.000 contaminations par jour », a poursuivi le virologue. « On attend un pic dans le nombre de nouvelles hospitalisations à la fin janvier avec une variation importante de 400 et 1300 hospitalisations par jour ». « Selon une étude de Sciensano, la protection contre la contamination est d’environ 60 à 70 % après la troisième dose du vaccin, le « booster ». On constate aussi que le « booster » nous protège contre des formes graves de la maladie de 88 %. » Concernant les décès, « la vaccination offre une nette protection contre le décès, de 80 % en général et de 100 % pour les personnes les plus vulnérables. » La cinquième vague « devient intense en termes de contaminations et nous n’en sommes qu’au début. Heureusement, Omicron est plus clément avec entre 50 et 75 % de moins de risques de développer une forme grave ».

→ Un baromètre va être mis en place pour permettre d’identifier les différents stades de l’épidémie et les mesures qui s’y prêtent. Le futur « baromètre » ou « plan de gestion de crise par étapes », selon les mots du Premier ministre Alexander de Croo, ce plan qui pose déjà question parmi les acteurs de la culture, devra être « affiné » et « élaboré » par le commissariat corona.

Aussi en Belgique