UCLouvain: des actions pour lutter contre l’isolement et la sédentarité en blocus

Blocus ne doit pas rimer avec isolement.
Blocus ne doit pas rimer avec isolement. - Photonews

Le 18 décembre prochain, les cours du premier quadrimestre prendront officiellement fin sur les différents campus de l’UCLouvain. Pendant deux semaines, avant de prendre part à leurs examens, les étudiants seront en blocus, le premier de l’année.

« Le blocus peut paraître effrayant, surtout pour celles et ceux qui s’apprêtent à le vivre pour la première fois », estime Elie Sartiaux, coordinateur des Student buddies de l’UCLouvain. « Tout au long de l’année, les buddies offrent un soutien pédagogique, des conseils méthodologiques, etc. Mais à l’approche des examens, leur rôle est encore plus important. »

Une période qui, pour certains, engendre un isolement. Et comme le confie Elie Sartiaux, une des clés pour un blocus réussi, « c’est de penser à respirer ». Durant les prochaines semaines, faire bouger et faire respirer la communauté étudiante, c’est l’une des missions que s’est données le Supportkot, un kot-à-projet de l’UCLouvain. « Le blocus, c’est un marathon : il faut penser aux moindres détails pour tenir jusqu’au bout », explique Maxime Spira, président du Supportkot. En plus du SupportBloc (un blocus encadré et collectif) et des ateliers spéciaux au cours desquels de nombreuses thématiques sont abordées, le Supportkot organise le Move&Bloc, invitant les étudiants à bouger à travers trois activités.

Combattre la sédentarité

La première d’entre elles consiste à l’organisation de courses à pied. Des parcours de 3, 5, 7 ou 10 kilomètres seront proposés les lundis 20 et 27 décembre ainsi que les mercredis 22 et 29 décembre. Les balades seront ouvertes à tous et toutes et les sorties plus longues seront encadrées.

La deuxième est proposée par le Supportkot, en collaboration avec le service des sports de l’UCLouvain. Le kot-à-projet diffusera, sur différentes plateformes, de courtes vidéos de fitness. Les mouvements seront accessibles à tous, n’importe où et avec un minimum de matériel.

Et enfin, la nouveauté de cette année : les 21, 24, 28 et 31 décembre, des pictogrammes seront diffusés sur les réseaux sociaux. Le but est de motiver les internautes à répéter divers mouvements.

« Rester seul chez soi avec le nez plongé dans le syllabus pendant 8 ou 10 heures de suite ne convient pas à tout le monde », conclut Maxime Spira. « Pour nombre d’étudiants, pour que ce soit efficace, blocus ne doit pas rimer avec confinement ou isolement. »

J.L.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW