Nivelles: les droits de l’enfant mis à l’honneur ce mercredi

L’affiche de la journée des droits de l’enfant.
L’affiche de la journée des droits de l’enfant. - D.R.

La Ville de Nivelles, malgré la crise, a eu à cœur de garder le contact avec les enfants. En 2020, elle a organisé des activités pour que les enfants puissent s’exprimer, se rencontrer, et partager leur ressenti face à la crise sanitaire. Le Conseil Communal des Enfants a continué sous une autre forme, en visio et sur Skype : les plaines communales ont permis aux enfants de se retrouver en 2020, se rencontrer, et d’exprimer leur ressenti et leurs angoisses face aux situations personnelles qu’ils vivaient. La journée internationale des droits de l’enfant n’a malheureusement pas pu avoir lieu en 2020.

Avec le service Jeunesse, la Ville a travaillé à la création d’un Conseil Consultatif des Jeunes. Depuis 2019, la philosophie développée par Nivelles (un partenariat des échevinats de la jeunesse, de l’enseignement, de la petite enfance et de la culture), en collaboration avec le Centre Culturel, consiste à organiser une après-midi à la fois récréative et pédagogique autour de la question des droits fondamentaux des enfants et des adolescents.

Les activités

C’est ainsi qu’outre un spectacle offert aux familles, tout un chacun est invité à participer à une activité qui sensibilise et explique certains des droits énoncés dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfants de l’ONU. Cette année, plusieurs activités qui se dérouleront aux Waux-Hall sont proposées aux familles et aux 7 écoles de devoirs nivelloises : un spectacle « mousse », et un parcours virtuel sur des lieux nivellois en rapport avec les droits de l’enfant. Le parcours en entier, d’environ cinq kilomètres, sur une initiative de Plan International BW, pourra être réalisé par la suite par les enfants et leurs familles, la plaine communale, les mouvements de jeunesse et les familles intéressées par ce parcours sur les droits de l’enfant.

Au lendemain de la crise, la CODE (Coordination des ONG pour les droits de l’enfant) a mis en évidence plusieurs faits : d’une part, les certains droits des enfants ont été bafoués (le droit à l’éducation, l’information et à la participation) et d’autre part, qu’en Flandre, plus de la moitié des jeunes étaient plus stressés par les devoirs qu’avant la crise et 85 % des enfants voulaient retourner à l’école.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Région flamandeNivelles (Brabant wallon)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW