Procès de la MAF: 15 mois avec sursis requis contre le président de baptême

Photo d’illustration.
Photo d’illustration. - TVA

Des préventions de traitements dégradants, de coups et blessures involontaires et d’attentats à la pudeur ont été retenues par le ministère public, qui a requis l’acquittement pour une prévention de viol. Une peine de 15 mois de prison avec un sursis probatoire a été requise à l’encontre du président de comité de baptême, concerné par une bonne partie des préventions. Des peines de travail de 200 heures ont été réclamées contre quatre responsables du comité, et de 120 heures de travail contre quatre autres prévenus. Les avocats de la défense auront la parole le 6 décembre. Aucune partie civile ne s’est constituée.

Le prévenu, qui encourt la peine la plus importante, n’était officiellement plus président du comité de baptême en 2018 et n’était plus inscrit à l’UCLouvain, mais il était présent lors de 70 % des activités et il est considéré comme « président de fait » par le ministère public. À l’audience, il a indiqué que l’ensemble des traditions du baptême « MAF» » méritent d’être repensées mais il a défendu le baptême comme véhiculant des valeurs d’effort pour repousser les limites individuelles et de solidarité.

Les faits en question

Concrètement, les faits qui ont été dénoncés à la justice concernent notamment des crachats dans la bouche des bleus, le fait de leur demander de manger du vomi et celui des autres, de se gifler avec du fumier ou de la mayonnaise, de transvaser de bouche en bouche le contenu d’une bouteille de vomi, de devoir ingurgiter des quantités importantes de pâtée pour chien ou d’asticots vivants. Ces pratiques ont entrainé des problèmes de santé pour plusieurs participants à ces baptêmes. Les faits d’attentats à la pudeur concernent notamment l’introduction entre les fesses des bleus de fricandelles avec de la moutarde.

Lors de son réquisitoire, le ministère public a précisé qu’il ne s’agissait pas de faire le procès des baptêmes étudiants, mais bien de celui d’un baptême étudiant humiliant au cours duquel les limites ont été dépassées.

Lors de leur interrogatoire d’audience, certains prévenus membres du comité de la MAF ont affirmé avoir voulu faire changer les choses pour ce baptême considéré comme un des plus difficiles à Louvain-la-Neuve. Mais ils n’y sont pas parvenus comme ils le voulaient, le comité du cercle étant différent du comité de baptême.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW