Bouchez refuse de revoir le régime fiscal favorable du football professionnel

Bouchez refuse de revoir le régime fiscal favorable du football professionnel
Belga

Selon le journal, le ministre des Affaires sociales Frank Vandenbroucke et le ministre des Finances Vincent Van Peteghem mettent actuellement la dernière main à une réforme du système.

L’accord de coalition fédéral prévoit que cette législature verra une réforme des avantages fiscaux et parafiscaux pour les athlètes et les clubs professionnels. C’est dans le milieu du football de haut niveau, notamment, que les abattements fiscaux et du plafond de l’ONSS suscitent l’indignation depuis plusieurs années. De cette manière, les clubs et leurs joueurs bénéficient de 200 millions d’euros, les plus grands clubs de football bénéficiant des abattements les plus importants.

Le ministre des Affaires sociales Frank Vandenbroucke (Vooruit) et le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&amp ; V) mettent actuellement la dernière main à leurs projets visant à mettre un terme à ces pratiques. Selon De Tijd, le dossier devrait être présenté à la fin de ce mois lors des discussions budgétaires.

Mais Georges-Louis Bouchez, président du MR, partenaire de la coalition, ne veut rien savoir d’une réduction du système, a-t-il déjà déclaré au Tijd. « Seuls des clubs forts ont pu se maintenir grâce aux transferts sortants, beaucoup d’autres se battent pour leur survie », a affirmé M. Bouchez. Pour lui, recommencer à s’en prendre à leurs ressources, juste après la crise liée à la pandémie, risque de tuer le football belge.

Selon De Tijd, le PS, lui non plus, ne serait pas enclin à réformer le système. Le président Paul Magnette est également le bourgmestre de Charleroi, ville qui possède un club de football de première division, le Sporting Charleroi. Georges-Louis Bouchez est président du club de football amateur des Francs Borains.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Charleroi (Hainaut)
Notre sélection vidéo
Aussi en Politique