Ce qu’il faut retenir de la 20e étape du Tour de France (vidéo)

Vidéo

Si on ne peut parler de tradition, l’exercice chronométré la veille de l’arrivée passe tout de même pour une habitude dans le Tour. Un effort proposé au cœur des vignobles bordelais, sur un parcours vallonné, favorables aux purs rouleurs. Entre force pure et fraîcheur, Pogacar allait-il parachever son œuvre ou Küng allait-il prendre sa revanche sur le contre-la-montre initial de Laval ? Avec un passage intermédiaire à Pomerol et un épilogue à Saint-Emilion, on attendait de toute façon un grand cru.

Sans surprise, le premier temps de référence était signé Stefan Bissegger (36.37) mais le Suisse devait s’effacer devant l’éclatante prestation de Kasper Asgreen (36.14). Le Danois de Quick Step avait frappé un grand coup, au point de résister au champion du monde de la spécialité, Stefan Küng. Parti plus rapidement, ce dernier devait s’incliner de 17 secondes.

Arrivait le tour de Wout Van Aert, très attendu, sachant que le Champion de Belgique a progressé au fil des jours durant ces trois semaines. Ce qu’il ne tardait pas à confirmer. En tête au premier intermédiaire, il creusait l’écart au second pointage. Parfaitement posé sur sa machine, le coureur de Jumbo abaissait la meilleure marque de 21 secondes (35.53) et n’allait plus être inquiété

Pour le podium et les accessits, Vingegaard confirmait ses qualités de rouleur en repoussant Carapaz à plus de deux minutes malgré une prestation honorable de l’Equatorien. Le jeune Danois s’adjugeait même le 3e temps final, plus rapide que Pogacar (7e). Le Slovène avait sans doute déjà l’esprit tourné vers Paris.

Tout sourire, Wout Van Aert pouvait, lui, célébrer son 2e bouquet sur ce Tour : après un succès en montagne, une victoire face à l’horloge qui confirme qu’il est bel et bien prêt à aborder le même exercice aux Jeux de Tokyo !

L’homme du jour

Wout Van Aert a atteint un des principaux objectifs de sa carrière : remporter un contre-la-montre sur un grand tour. Arrivé en retard de condition au départ de Brest, le Champion de Belgique en sort avec deux victoires d’étape (il en comptabilise 5 désormais), pour un total de sept depuis le début de la saison. Il peut s’envoler vers Tokyo l’esprit serein.

L’équipe du jour

Jumbo-Visma avait connu un cauchemar lors du même chrono l’an passé, au sommet de la Planche-des-Belles-Filles. Rapidement privée de Roglic sur ce Tour, la formation néerlandaise prend ici les 1re et 3e places du contre-la-montre de Saint-Emilion. La voilà nantie de 3 succès d’étape (Van Aert deux fois et Kuss) et de la deuxième marche du podium final avec Vingegaard. Appréciable.

Le Belge du jour

Une 63e position ne constitue certes pas le meilleur résultat de Philippe Gilbert dans un chrono. S’il a fait l’actualité le samedi, c’est parce que le Remoucastrien a annoncé qu’il ne reviendrait pas sur le Tour l’an prochain pour son ultime saison professionnelle. Il fera donc ses adieux au Tour ce dimanche à Paris

Le chiffre du jour

13.Wout Van Aert est devenu le 13e coureur belge lauréat d’un contre-la-montre du Tour de France. Son prédécesseur n’était autre qu’Eric Vanderaerden, vainqueur surprise du difficile chrono disputé à Villard-de Lans, théâtre de la 13e étape du Tour 1985. Voici 36 ans déjà, il y avait devancé Bernard Hinault, victorieux à Pari.s

L’image du jour

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Champion (c.f. Namur)Namur (prov. de Namur)
Aussi en Tour de France