Nombreuses réactions suite à la découverte du corps de Jürgen Conings

Nombreuses réactions suite à la découverte du corps de Jürgen Conings

Un « stress test » pour les services impliqués

Les services de sécurité tiennent compte du risque de l’apparition de personnes qui pourraient être inspirées par les actes de Jürgen Conings. Mais il n’y a pas eu pour le moment de signalement de menace imminente similaire à celle que représentait le militaire, a affirmé dimanche le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) au micro de VTM. Le ministre précise que le cadavre de l’homme a été trouvé juste en-dehors de la zone qui avait été fouillée par les services de sécurité.

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) a souligné dimanche que tout le dossier autour de la personne de Jürgen Conings, disparu le 17 mai dernier, avait été un véritable « stress test » pour les services impliqués dans sa recherche. « Tous les services ont fait preuve de professionnalisme et de persévérance, et ont travaillé ensemble de manière intensive (…) Nous n’avons rien laissé au hasard durant la recherche, et avons à tout moment fait primer la sécurité des citoyens et des services de sécurité », réagit-elle.

« Aucune menace imminente »

Les services de sécurité prennent en compte les imitateurs, mais aujourd’hui, il n’y a pas de menace imminente de la même nature que celle posée par Jürgen Conings. Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) l’a déclaré dimanche à VTMNIEUWS, après la découverte du soldat fugitif.

Selon le ministre, les mesures de protection pour, entre autres, le virologue Marc Van Ranst pourraient être progressivement supprimées, mais la prudence reste de mise. L’OCAM analysera la menace sous peu. Les services de sécurité tiennent compte des imitateurs et restent vigilants, même s’il n’y a pas de risque zéro, selon le vice-premier ministre. Certes, il n’y a pas de menace imminente de même nature que celle posée par Conings.

« C’est bien qu’il y ait maintenant des certitudes »

« C’est bien qu’il y ait maintenant des certitudes dans toute cette histoire et que tous les efforts déployés pour le retrouver puissent être stoppés », a réagi le bourgmestre de Maasmechelen, Raf Terwingen (CD&V), après la découverte du corps sans vie de Jürgen Conings dimanche. Des recherches visant à retrouver le militaire en fuite ont été menées durant plusieurs semaines dans le parc national de la Haute Campine, qui s’étend en partie sur cette commune.

Le corps de Jürgen Conings a été retrouvé près du bois de Dilsen à Dilsen-Stokkem. Il ne s’agit donc pas de la zone où ont été effectuées les premières recherches.

C’est le bourgmestre de Maaseik, Johan Tollenaere (Open Vld), qui y a remarqué une forte odeur de cadavre en décomposition durant une randonnée en VTT et transmis les coordonnées aux autorités.

« Nous devrons analyser comment et où exactement le corps a été retrouvé. Les militaires connaissent bien évidemment un certain nombre de techniques pour se cacher », ajoute Terwingen. « Il a été retrouvé en raison de l’odeur qui se dégageait et les températures chaudes des derniers jours y sont certainement pour quelque chose. »

Malgré la situation, la panique n’avait pas atteint les riverains pour autant ces dernières semaines, souligne encore le bourgmestre. « Il était clair que Conings ne visait pas la population générale mais avait d’autres cibles. »

« Tirer les leçons de cette histoire »

Les politiciens devraient tirer les leçons de cette histoire, à la fois sur l’extrémisme et la lutte contre la radicalisation, et sur la décompression et un accompagnement psychologique approprié, surtout après une mission militaire à l’étranger. C’est ainsi que le député Theo Francken (N-VA) réagit à la découverte du soldat fugitif Jürgen Conings.

Francken souligne également que le respect et la compréhension doivent rester pour nos soldats qui travaillent dur. « Mais plus d’argent est nécessaire pour la Défense afin qu’elle redevienne viable et humaine », a déclaré le député.

« Ce dénouement est un soulagement »

C’est le soulagement qui prévaut après la découverte du cadavre de Jürgen Conings, indique la bourgmestre de Dilsen-Stokkem, Sofie Vandeweerd (Open Vld). « Il était temps que l’histoire se termine après 5 semaines… ».

« On est soulagés de pouvoir mettre un terme aux recherches », précise Sofie Vandeweerd. « Le niveau fédéral a travaillé intensivement, mais la charge commençait également à peser sur les épaules de nos collègues de la police locale. » Des recherches visant à retrouver le militaire en fuite ont en effet été menées durant plusieurs semaines dans le parc national de la Haute Campine, qui s’étend en partie sur la commune de Dilsen-Stokkem.

« Mais d’un autre côté, c’est triste pour sa petite amie et ses enfants », a déclaré S. Vandeweerd. « La nouvelle a été diffusée si rapidement via la presse que la communication avec la famille n’a pas pu se faire avant. Ce ne sont pas des choses agréables. » La bourgmestre précise qu’elle attend toujours elle-même une confirmation officielle de l’information.

Dimanche, le corps de Conings a été retrouvé dans le bois de Dilsen. C’est le bourgmestre de Maaseik, Johan Tollenaere (Open Vld), qui y a remarqué une forte odeur de cadavre en décomposition durant une randonnée en VTT et qui a transmis les coordonnées aux autorités.

Selon Sofie Vandeweerd, cette découverte est due à un « concours de circonstances ». « Nous attendons toujours plus de précisions sur la façon dont le corps a été trouvé, l’endroit où il gisait et le moment du décès », ponctue la bourgmestre.

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique