Sept ans de prison pour des faits de mœurs commis en récidive à Jodoigne

Image d’illustration.
Image d’illustration. - B.L.

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné jeudi un habitant de Jodoigne, né en 1973, à sept ans de prison ferme suivis de cinq ans de mise à disposition du tribunal d’application des peines. L’intéressé est également privé de ses droits civils et politiques durant dix ans. Il était poursuivi pour avoir violé sa belle-fille à plusieurs reprises en 2020, et avoir commis des attentats à la pudeur envers cette toute jeune majeure. L’homme avait déjà été condamné à 60 mois de prison avec sursis partiel, en 2016, pour des faits de mœurs commis sur la même victime.

La jeune fille, une fois devenue majeure, n’avait plus d’endroit où loger et elle est revenue chez sa mère, qui continuait à vivre avec le prévenu après la première condamnation. C’est un ami de la victime qui a alerté la police, après qu’elle a reçu des coups de la part de son beau-père, sans oser elle-même donner l’alerte. Les agents qui se sont rendus sur place l’ont trouvée en pleurs, pour une histoire de chiens et de coup de pied que le prévenu concédait avoir donné.

Mais ils ont deviné qu’il se passait des choses plus graves, ce qui a été confirmé par la jeune fille lorsqu’elle a été entendue au commissariat. Elle a raconté plusieurs faits de viol et d’attentat à la pudeur.

À l’audience, le prévenu avait nié ces faits de mœurs commis en récidive, mettant en cause la personnalité de la victime. Le jugement retient de ces dénégations, jugées non crédibles, que le prévenu n’a toujours pas pris pleinement conscience de l’extrême gravité de son comportement et qu’il est nécessaire de sauvegarder la sécurité publique. D’où la peine de sept ans d’emprisonnement ferme prononcée avec en plus une mise à disposition du tribunal d’application des peines durant cinq ans.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Jodoigne (Brabant wallon)province du Brabant wallon
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers