Cap sur l’Europe pour le Watducks et le Racing

Les Waterlootoises retourneront en Coupe d’Europe l’an prochain grâce à leur titre en 2019.
Les Waterlootoises retourneront en Coupe d’Europe l’an prochain grâce à leur titre en 2019. - Lins

Champions de Belgique en salle 2018, les dames du Watducks et les hommes du Racing défendront les couleurs belges sur la scène européenne dès ce vendredi.

Les Brabançonnes se rendent à Hambourg et seront opposées en poule à Campo de Madrid, Laren et Wettingen. « C’est toujours particulier de représenter la Belgique sur la scène européenne », se félicitait Morgane Vouche, l’une des filles expérimentées du groupe. « Nous allons croiser la route d’équipes qui évoluent à un niveau élevé, avec un jeu rapide et très technique. »

« Un défi de taille »

Le défi sera d’ailleurs de taille pour les Waterlootoises qui bénéficient de l’excellente prestation du White Star il y a douze mois en Coupe d’Europe B. En remportant la deuxième compétition européenne, les Étoilées permettent au Wat’ de se frotter au gratin européen. « Pour le hockey féminin en salle belge, c’est un défi de taille dans la mesure où ces équipes sont, sur papier, mieux armées que nous. Ce sont des représentants de pays où il y a une certaine culture de la salle et où la Coupe d’Europe est un objectif de la saison. »

Qu’à cela ne tienne, la phalange brabançonne wallonne mettra tout en œuvre pour assurer son maintien puisqu’elle disputera une nouvelle fois le rendez-vous européen en 2020 grâce à son sacre sur le sol belge fraîchement acquis il y a un peu moins de deux semaines à Alost. « Notre participation cette année doit nous permettre de voir où sont nos manquements afin de revenir encore plus fortes dans un an. Le titre nous donne une certaine confiance, forcément. D’autant qu’en finale, nous avons dû faire preuve d’une force mentale pour ne pas craquer face au retour du White Star (NDLR : de 2-0 à 2-2 en quelques minutes). »

Parties ce jeudi matin, les championnes de Belgique ont découvert la salle allemande ce jeudi après-midi et disputeront leur première rencontre face aux Hollandaises de Laren ce vendredi matin (9h).

Le Racing défend les intérêts du White Star

Du côté masculin, c’est le Racing de Bruxelles qui tentera de défendre son titre de vice-champion d’Europe en titre. En 2018, Thibaut Cornillie & co s’étaient inclinés face au Rot Weiss Cologne (2-5). Cette année, c’est à Vienne, que les Rats croiseront le fer avec Arminen, Ekaterinburg et Minsk. « Il est difficile de dire que nous jouerons encore pour une place en finale, mais nous ambitionnons d’accrocher une nouvelle médaille européenne », glissait le capitaine de l’équipe. « Nous voulons réaliser un bon tournoi afin de se maintenir, dans un premier temps, et de terminer notre saison indoor sur une note positive. »

Troisièmes du défunt championnat de Belgique, remporté par le White Star, les Bruxellois défendront finalement les intérêts des Étoilés en Autriche. « Nous ne devons pas nous sous-estimer malgré le titre de champion de Belgique. On ne peut pas le remporter chaque année. La Coupe d’Europe, c’est une belle occasion de démontrer que nous avons le niveau. »

Et, pour cette dernière obligation en salle, le Racing pourra compter sur ses internationaux Tom Boon, Victor Wegnez et Augustin Meurmans. Un atout non-négligeable. « Nous sommes habitués à composer sans eux. Mais il est clair qu’avec eux, nous avons des possibilités supplémentaires. »

Sébastien Hellinckx

Aussi en Sport régional